© Patrick Simard

Dépaysage/Défaillance, fracture et retournement | Exposition collective

Du 03 au 14 mai 2021, Le LOBE a accueilli la commissaire en résidence Julie Andrée T. pour deux semaines d'expérimentation au sein de la galerie. Ce laboratoire a donné lieu à une exposition collective regroupant 20 artistes.

Le LOBE a accueilli l’artiste Laïla Mestari pour une résidence régulière du 27 octobre au 20 novembre. Dans ce contexte particulier, l’équipe du LOBE a réfléchi avec l’artiste et la commissaire pour offrir une exposition complète, accessible par toustes dans plusieurs lieux de la ville. 

 

Une partie de cette exposition fragmentée intitulée «fille-de-foin» sera dans la galerie, visible depuis les fenêtres extérieures du LOBE, situé au 114 rue Bossé à Chicoutimi. La seconde partie prend place à la Bibliothèque de Chicoutimi au niveau des fenêtres qui donnent sur la place du citoyen, et vous pourrez voir deux photographies sur le panneau numérique situé au coin Bégin et boulevard de l’Université, proche du Centre Vézina. L’exposition prendra place du 20 novembre au 04 décembre.

Par Julie Andrée T.
Mot de la commissaire

Avec l’intention d’interroger la méthodologie commissariale, Julie Andrée T. sera en résidence entre les murs du LOBE du 03 au 14 mai. Entourée d’une vingtaine d’œuvres réalisées par autant d’artistes, elle explore les opérateurs visibles de l’art qui constituent une exposition : mise en espace, mise en scène, textes, éclairage, cadre, socle, etc.

 

Les essais, erreurs et revirements de ce processus de recherche seront documentés par divers moyens comme la photographie, la prise de notes et le texte imprimé. Cette documentation s’insèrera à même l’exposition, comme sa mise en abîme.  De plus, sa démarche singulière de l’ekphrasis[1] propose un regard intime et poétique des œuvres en s’adressant à elles sous forme de mémos ou de lettres ouvertes.

 

Cette approche généreuse – vu le grand nombre d’artistes participant·e·s – s’inspire des salons d’exposition du 19e siècle où les œuvres se coudoyaient à un tel point qu’il était hasardeux de les isoler d’une perspective sémantique, dialogique et esthétique. Cette manière de mise en exposition offrira une lecture des artefacts unique dans le contexte de proximité, propice à des dialogues surprenants, voire improbables.

 

Ce rapprochement des œuvres contraste avec l’état actuel de la pandémie où la distance s’impose comme une condition sine qua non à toute forme de rencontre et de socialisation. De plus, elle fait office de contre discours envers la première proposition de la commissaire présentée au LOBE en septembre dernier : le PROJET YP. En effet, en complicité avec l’artiste Yanik Potvin, Julie Andrée T. avait fait le choix radical de n’exposer qu’une seule et unique œuvre de ce dernier, traduisant à ce moment notre état esseulé et un sentiment d’isolement partagé de toustes. 

[1] L’ekphrasis est une forme littéraire de la description d’œuvre d’art.

 

Liste des artistes

Annie Baillargeon · Sylvie Bouchard · Carl Bouchard et Martin Dufrasne · Étienne Boulanger · Xavier Castro · Richard Deschênes · Caroline Fillion · Collectif Laberge-Russell · Michelle Lacombe · Myriam Laplante · Karine Locatelli · Yoanis Menge · William Pedneault · Amélie Pellerin · Yanik Potvin · Olivier Roberge · Sonia Robertson · Carlos Ste-Marie · Arnaud Tremblay · Alice Zerini 

Résidence | 03 au 14 mai 2021

Exposition | 14 mai au 11 juin 2021