RÉSIDENCE DE LA PLATEFORME

L’espace plateforme a été créé en 2008 devant un besoin criant de lieux alternatifs de diffusion et à la demande de nombreux artistes. Il s’agit en fait d’une résidence d’une quinzaine de jours réservée aux membres du LOBE. Souvent le lieu d’une première exposition individuelle dans un contexte artistique professionnel, l’espace PLATEFORME contribue grandement à la reconnaissance des artistes de la relève et à leur professionnalisation. 

 

Les œuvres intégrées dans le cadre de cette résidence sont pendant plus deux mois en vitrine, l’espace étant situé directement en mezzanine à l’entrée du bâtiment. Grâce à son emplacement unique, cet espace permet de présenter des créations installatives exploitant un double point de vue, puisque les œuvres sont à la fois visible de l’extérieur, à travers une grande baie vitrée et de l’intérieur enclavées dans un espace profond et surplombant.

NAOMIE ST-PIERRE

241044972_2932679900335271_749742644276157271_n.jpg

Originaire de Lac-Saint-Jean, Naomie St-Pierre vit et pratique à Chicoutimi depuis 2017. Artiste multidisciplinaire de la relève fraîchement diplômée du baccalauréat en arts interdisciplinaires de l'Université du Québec à Chicoutimi en 2020. Récipiendaire de la bourse MAGE- UQAC en 2020 et de la Fondation TIMI en 2021, Naomie St Pierre a également participé à l’exposition collective Anti-Festival en 2020 à la galerie de l’œuvre de l’autre à l’université du Québec à Chicoutimi. Depuis 2020, l’artiste travaille dans la production en audiovisuel en tant que travailleuse autonome.

Son travail à la fois poétique et sensible questionne la mémoire, les souvenirs d’enfance pour y créer des nouveaux environnements, des nouveaux espaces habités constitués de fragments. Ses médiums s’entrecroisent, entre dessins, gravures, écriture, illustration pour réaliser des installations.  La cabane aux lièvres, inspiré d’un essai d’Anouk Sugar, Essai sur l’art et le deuil de l’espace habité est une proposition d’une remémoration de souvenirs d’enfance, d’un besoin de créer un nouvel espace habité constitué d’accumulation d’objets, de fragments de tissus. L’enfance remémorée de l’artiste comme ce vieux souvenir « la vision d’un lièvre mangeant le jardin de fleur de ma mère ».

++ Résidence du 06 au 17 septembre

++ Exposition du 17 septembre au 29 octobre